ONAG_Specs ONAG_Specs
Logo_ovision
OPTIQUE ET VISION
6 bis avenue de l'esterel 06160 JUAN LES PINS
Tél.04.93.61.18.83   Fax.04.92.93.09.83
ovision@aol.com
Spécifications techniques:

. Dimensions générales: 123x92x83mm.
. Poids: 770gr.
. Backfocus optique: 66mm.
. Backfocus du guideur à mi-course: 90mm.
. Couverture diagonale de l'imageur: 28mm.
. Déplacement X/Y, trajet maxi en X: 37mm.
. Déplacement X/Y, trajet maxi en Y (hors profil court): 28mm.
. Déplacement XY, déport maxi: 23mm.
. Cercle d'exploration maxi pour le guideur: 46mm.
. Filetage SCT à profil court: 2" 24 filets par pouces.
. Profondeur de la bague d'adaptation pour SCT: 12.5mm.
. Backfocus de l'adaptateur SCT à profil court: 7.5mm.
. Longueur externe de l'adaptateur 50.8mm: 30mm.
. Backfocus de l'adaptateur 50.8mm: 0mm.
. Système de focalisation du guideur: à anneau de serrage latéral.
. Trajet de focalisation pour le guideur: 9mm.
. Filetage de connexion côté télescope: type T (M42x0.75).
. Filetage port imageur: type T (M42x0.75).
. Filetage port guideur: type T (M42x0.75).
. Tubes extensions: extérieur moleté.
. Longueurs utiles des tubes extensions: 8, 16 et 24mm.
. Revêtement de la lame dichroïque: traitement antireflets.
. Protection de la lame dichroïque: dépôt quartz sur les deux faces.
. Réflectivité de la lame: > 95 % des longueurs d'ondes visibles.
. Plage spectrale disponible: > 370 à 750 nm.
. Transmission du proche infrarouge (NIR): > 90%.
. Plage disponible dans le NIR: > 750 à 1200nm.
. Anodisation: noire, mate.
. Plage spectrale de l'anodisation (R<2%): 500 à 2500nm.
. Dégazage possible du matériau: néant.




Le ONAG en pratique:

Exemple de guidage avec une longue focale.
Les images ci-dessous sont issues de poses de 1 minute en binning 1 en Luminance,
prises avec un capteur KAF8300 (pixels de 5.4 microns) et une focale de 2540mm, guidée avec un ONAG et une caméra SBIG ST402.
Les deux images ont été recadrées, le champ est de 224x224 arcsec à proximité de NGC 2683.
Images fournies par Frank Colosimo.
Elles permettent d'apprécier la fiabilité du système...
La première image sert de référence.
Elle est prise à T=0. C'est le point de départ.

FWHM: 2.44 arcsec.
Centroide: X=80.71 Y= 171.83.












La deuxième image est prise 38 minutes plus tard.

FWHM: 2.36 arcsec.
Centroide: X=81.38 Y= 171.40.

L'étoile de référence ne s'est donc déplacée que de 0.79 pixel pendant cette durée.
A l'échelle du capteur KAF8300 cela se traduit par un bougé de seulement 0.34 arcsec.








L'image ci-contre provient de la combinaison des deux images précédentes, sans bien sûr les aligner au préalable.

FWHM: 2.43 arcsec.
Centroide: X=81.08 Y= 171.54.

Les résultats montrent un alignement parfait.
Voir graphe ci-dessous.








Le graphe à gauche montrant en 3D l'aspect de l'étoile après compositage ne révèle aucune altération de sa forme.

Ceci signifie en pratique: terminées les images gâchées par un mauvais suivi!
Le guidage NIR en pratique

Comme vous avez pu le lire dans la présentation générale, le ONAG utilise le principe du guidage dans le proche infrarouge (NIR).
Sa lame dichroïque transmet sur l'axe le proche infrarouge qui est alors utilisé par votre caméra d'autoguidage. C'est devenu une pratique courante chez les professionnels. La turbulence est également moins gênante à ces longueurs d'onde.

La plupart des étoiles émettent dans le proche infrarouge. Plus de 75% des étoiles de la séquence principale ont une température de surface inférieure à 3700K (classe M).
Vous trouverez ci-dessous une représentation et un tableau de la séquence principale.
Maintenant, pour comprendre comment le proche infrarouge fonctionne en guidage, nous devons prendre en compte le rendement quantique du capteur et les caractéristiques du ONAG.

Vous pouvez voir ci-dessous un graphique calé entre 400 et 1000 nm (sur les absisses) du rendement quantique du classique capteur Sony ICX429AL utilisé sur de nombreuses caméras et le spectre des étoiles de classe M pour illustrer le concept.




























En bleu, le rendement quantique (1=100%), en rouge le spectre des étoiles de classe M, et en vert la ligne hachurée la zone de coupure du ONAG (750nm).
Le graphe ci-dessous reprend el diagramme de Hertzsprung-Russel, en y calquant le rendement de l'association ONAG + ICX429AL (ligne orange de gauche) et la proportion d'étoiles de la séquence principale (ligne blanche de droite).


















































Vous pouvez noter que le ONAG réduit d'environ 50% le signal à la température de 3700K par rapport à l'intégralité du spectre.
Ceci est contrebalancé par le fait que le champ du ONAG est beaucoup plus large que celui d'un diviseur optique, les étoiles candidates sont donc beaucoup plus nombreuses, et le capteur de guidage bénéficie de l'intégralité du pouvoir collecteur du système optique (sans atténuation par des filtres).
Les diviseurs optiques sont limités par leur petit prisme, et la perte d'énergie liée à l'éloignement du centre du champ de l'instrument.
Le schéma ci-dessous représente un comparatif entre à gauche le guidage d'un capteur de type KAF6303 associé à un diviseur optique et un coulant 2", et à droite le même capteur associé au champ de guidage du ONAG.



















Avec le ONAG vous bénéficiez de l'intégralité du champ au foyer de l'instrument, sans les altérations typiques de bord de champ rencontrées avec les instruments de type SCT qui augmentent encore les problèmes de détectivité.

Retour à la page de présentation générale ONAG.